Étude biblique au paradis

Le Costa Rica impressionne par la beauté de ses paysages et son énorme biodiversité. Photo : S. Dollinger

 

1) Pourquoi prendre un congé sabbatique ? Et pourquoi précisément en Amérique latine ?

Après 25 ans de ministère, un peu de temps libre fait du bien. J'ai été attirée par le défi de passer un temps prolongé dans un contexte totalement différent, dont je commence seulement à apprendre la langue...

 

2) Pourquoi avez-vous choisi ce congé sabbatique parmi les offres de Mission 21 à l'Université biblique UBL au Costa Rica ?

Je savais que Mission 21 organisait des congés sabbatiques et l'Amérique latine était plus proche de moi que l'Asie. J'avais déjà passé deux mois en Amérique latine il y a 30 ans. A l'époque, j'étais en visite chez une étudiante d'échange qui étudiait la théologie à Buenos Aires - via Mission 21. A San José, à 1300 mètres d'altitude, il fait généralement 25 degrés Celsius.

 

3) Aviez-vous déjà des contacts avec Mission 21 avant le congé sabbatique ?

Oui, ma mère travaillait déjà dans l'"association missionnaire" de notre paroisse de l'époque ; plus tard, j'ai notamment été invitée pendant des années à passer une matinée à Mission 21 lors du camp des catéchumènes.

 

zéro

Matthias Bordt pendant son congé sabbatique au Costa Rica. Photo : D. Fulda

 

4) Quel cours de l'UBL trouvez-vous particulièrement intéressant ?

Je suis deux cours en tant qu'auditeur : Herméneutique (avec Elisabeth Cook) et Sociologie de l'Ancien Testament (avec José Ramirez). Dans les deux cours, ce sont les interprétations de textes et les mises à jour qui m'intéressent le plus, ainsi que les contributions des autres étudiants qui, dans le petit groupe (nous sommes cinq à quinze participants au maximum), font souvent part de choses très personnelles.

 

5) Où habitez-vous au Costa Rica ?

Je vis avec les autres étudiants en présentiel dans un foyer d'étudiants très simple mais propre, situé sur le beau campus. Nous faisons nos courses ensemble au marché hebdomadaire et nous nous aidons mutuellement pour tout ce qui est possible. Il faut dire qu'au cours des dernières années, l'UBL est devenue une université à distance et que la grande majorité des étudiants discutent sur des forums en ligne. Cela s'explique entre autres par le fait que des théologiens de toute l'Amérique latine étudient à l'UBL, les distances sont donc très longues, mais aussi par le fait que de nombreux étudiants ont un travail (parfois déjà dans des paroisses).

zéro

Matthias Bordt décrit la résidence du campus comme un petit paradis. Photo : M. Bordt

 

6) Quelle a été votre expérience la plus amusante jusqu'à présent ?

J'ai pris plusieurs fois à contresens des rues à sens unique avec ma voiture de location - elles ne sont pas toujours indiquées. Des piétons m'ont immédiatement fait remarquer mon erreur en gesticulant ! En outre, les différences linguistiques (également entre les étudiants de différents pays d'Amérique latine) donnent régulièrement lieu à des malentendus et à des rires correspondants.

 

7) En quoi l'Église protestante du Costa Rica se distingue-t-elle de l'Église protestante de Suisse ?

Il n'y a pas ici d'"église nationale" au sens où nous l'entendons. (Le mieux serait encore l'Église catholique, à laquelle la grande majorité de la population continue d'appartenir). Il existe cependant de nombreuses églises "traditionnelles" (libres) comme les luthériens, les anglicans, les méthodistes ou les baptistes, ainsi que de nombreux mouvements charismatiques pentecôtistes aux noms parfois étranges pour nous, comme par exemple "Église de Dieu".

La paroisse luthérienne germanophone accueille de nombreux expatriés qui ne voulaient rester que "quelques années". Leur liturgie ressemble le plus à la nôtre. Mais là aussi, ce qui m'a frappé lors de mes visites de culte dans des paroisses très différentes, c'est que la liturgie n'est pas si fixe et que les prédicateurs* parlent d'eux-mêmes de manière très personnelle dans la situation actuelle. Toutes les paroisses (à l'exception de la paroisse luthérienne germanophone) sont caractérisées par une grande diversité, en particulier dans les chants, ce qui est parfois dû aux compétences limitées des musiciens*.

 

8) Comment la spiritualité est-elle vécue sur place et avez-vous déjà pu prendre de nouvelles impulsions pour votre spiritualité ?

Il y a beaucoup d'impulsions, mais ce sont toujours des "paquets" : Les Noirs de la côte caraïbe dansent sur les bancs pendant les chants calypso de la messe anglicane en anglais - cela fait du bien, mais à la longue, cela nous dépasse, nous les Suisses*... Une impulsion qui traverse le groupe est l'acceptation de l'imperfection : Le musicien est encore coincé dans les embouteillages, alors nous chantons a cappella en attendant... La liturgie hebdomadaire du mercredi à l'UBL avec tous les professeurs (présents à ce moment-là), les étudiants et les autres membres du personnel est quelque chose de particulier. On y prie par exemple de manière très personnelle pour le voyage à l'étranger d'une enseignante ou pour le retour de ma famille.

 

9) Quels sont les problèmes sociaux auxquels sont confrontés les habitants du Costa Rica et quelles sont les solutions proposées par l'Église ?

Le Costa Rica est un pays relativement sûr et riche en Amérique centrale, ce qui attire de nombreux réfugiés en provenance de pays en crise comme le Nicaragua, le Honduras ou le Venezuela. Le Costa Rica est très accueillant, mais c'est entre autres pour cette raison que l'État doit prélever des impôts supplémentaires, malgré la suppression de l'armée.

A côté de cela, le machisme ou autrement dit l'oppression des femmes, mais aussi la discrimination des minorités, sont une réalité. Pour l'anniversaire d'une église luthérienne hispanophone, une chorale composée d'homosexuels et de personnes transgenres a chanté - c'était un signe très fort !

 

10) Est-ce que quelque chose est très différent de ce à quoi vous vous attendiez ?

Je n'avais pas réalisé à quel point le programme des étudiants était chargé ici. En plus des séminaires doubles de trois heures, il faut compter 12 heures par semaine pour les résumés de lecture, le journal de bord, les présentations et les révisions. En outre, beaucoup de temps est consacré à la préparation des repas. Mais celle-ci se fait généralement en commun et est souvent très amusante. A cela s'ajoute bien sûr le fait que je suis plus âgée que la plupart des autres étudiants, ce qui influence l'organisation des loisirs, notamment dans le domaine culturel. J'ai ainsi souvent assisté seul à des - excellents ! - des concerts.

Entretien : Eva Sidler

► Vers l'offre de congé sabbatique de Mission 21

► Plus d'informations sur l'UBL

 

 

L'espoir grâce à votre soutien

Mission 21
Œuvre missionnaire évangélique de Bâle

Boîte postale 270
21, rue de la Mission
4009 Bâle, Suisse
Tél. : +41 (0)61 260 21 20
info@mission-21.org

Compte pour les dons :
IBAN : CH58 0900 0000 4072 6233 2
Numéro d'exonération fiscale :
CHE-105.706.527

Mission 21 e.V.

2, rue Wartenberg
D-79639 Grenzach-Wyhlen
Tél. +49 (0)7624 208 48 69
info@mission-21.org

Compte pour les dons :
Caisse d'épargne de Lörrach-Rheinfelden
Rue de Haagen 2
D-79539 Lörrach
IBAN : DE05 6835 0048 0001 1250 95
BIC : SKLODE66XXX

Retour en haut