Conflit au Cameroun : l'aide aux personnes déplacées est urgente

Distribution de biens de première nécessité par la Presbyterian Church in Cameroon (PCC), église partenaire de Mission 21. Photo PCC.

La situation des personnes déplacées au Cameroun est précaire. Lumumba Mukong, coordinateur de Mission 21 au Cameroun, déclare : "Ils ont besoin d'eau, de nourriture et de médicaments, mais aussi d'un soutien psychosocial". Depuis 2016, le Cameroun connaît une escalade du conflit entre le gouvernement central et les régions anglophones du Sud-Ouest et du Nord-Ouest. Depuis, les attaques armées sont monnaie courante. Les victimes en sont les populations civiles, dont beaucoup doivent fuir la violence.

Biens de première nécessité

Lumumba Mukong parle d'un village où les maisons ont été incendiées et les gens brûlés. Ceux qui le pouvaient ont pris la fuite. "Quand les gens sont revenus, ils ont découvert la désolation. Il n'y avait plus d'installations sanitaires, plus d'eau potable, plus de toit sur la tête".

Dans cette situation, Mission 21 soutient les personnes déplacées en collaboration avec le "Ecumenical Relief and Rehabilitation Program" (ERRP). Avec succès : en l'espace d'un an, plus de 60'000 personnes ont reçu des biens de première nécessité, comme de l'eau, de la nourriture et des articles d'hygiène. Dans de nombreux cas, le soutien s'est étendu au-delà des premières mesures d'urgence. 51 personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays ont pu participer à un programme de formation pour la mise en place d'une indépendance professionnelle.

Les gens ont besoin de plus que de l'eau et de la nourriture

L'accompagnement psychosocial des personnes déplacées est également central. Angelika Weber, responsable de programme pour le Cameroun à Mission 21, explique : "De nombreuses personnes déplacées ont vécu des situations fortement traumatisantes. Les mesures telles que les offres de formation n'apportent quelque chose à ces personnes que lorsqu'elles ont pu trouver une manière de gérer les expériences traumatisantes". Les centres de soutien aux personnes traumatisées à Bamenda, Bafoussam et Kumba constituent donc une partie importante du travail de Mission 21 et de ses partenaires sur place.

Coopération avec l'église locale et l'ONU

Atteindre toutes les personnes déplacées n'est possible pour aucune institution, dit Lumumba Mukong. La pandémie de Corona rend le travail sur place plus difficile et plus cher. Il est donc d'autant plus important de rester dans la course en coopération avec différents partenaires. Au Cameroun, Mission 21 travaille entre autres avec son église partenaire PCC et avec l'UNOCHA, l'organisation de l'ONU pour la coordination des affaires humanitaires.

Un soutien supplémentaire est nécessaire de toute urgence

Un soutien supplémentaire est nécessaire de toute urgence, la fin de la crise n'est pas encore en vue. Mission 21 prévoit un besoin d'environ 150'000 francs pour l'aide d'urgence dans le domaine de l'approvisionnement de base (eau, nourriture, soins de santé et abris) pour l'année 2022, et un besoin de 110'000 francs dans le domaine de la reconstruction (éducation pour les enfants et les adultes déplacés et soutien psychosocial).

Texte : Miriam Glass, Mission 21

Nous sommes là pour chaque Soutien reconnaissant. ► Cliquez ici pour faire un don en ligne

► Plus d'informations sur le programme d'aide d'urgence et de reconstruction au Cameroun.

► Tout notre travail de projet au Cameroun

L'espoir grâce à votre soutien

Mission 21
Œuvre missionnaire évangélique de Bâle

Boîte postale 270
21, rue de la Mission
4009 Bâle, Suisse
Tél. : +41 (0)61 260 21 20
info@mission-21.org

Compte pour les dons :
IBAN : CH58 0900 0000 4072 6233 2
Numéro d'exonération fiscale :
CHE-105.706.527

Mission 21 e.V.

2, rue Wartenberg
D-79639 Grenzach-Wyhlen
Tél. +49 (0)7624 208 48 69
info@mission-21.org

Compte pour les dons :
Caisse d'épargne de Lörrach-Rheinfelden
Rue de Haagen 2
D-79539 Lörrach
IBAN : DE05 6835 0048 0001 1250 95
BIC : SKLODE66XXX

Retour en haut