csm_indonesien_friede_225.1008_02_3c4e1c7f7f.jpg
    Asie, Hong Kong, Indonésie, Malaisie, Promotion de la paix
    Égalité des genres

    Aide aux femmes victimes de violence en Asie

    Numéro de projet : 225.1008

    Les violences sexuelles à l'encontre des femmes sont très répandues en Indonésie et en Malaisie. En raison du manque de revenus et de perspectives d'avenir, des centaines de milliers d'Indonésiennes* migrent vers les pays voisins et subissent souvent la violence et l'exploitation dans cette situation vulnérable, comme par exemple à Hong Kong. Ce projet s'engage pour les droits des femmes et l'élimination de la violence basée sur le genre en offrant aux personnes concernées une protection dans des refuges pour femmes ainsi qu'un soutien psychologique, juridique et économique. Les acteurs clés de l'administration, les communautés religieuses et les enseignants sont formés sur le sujet et des points de contact sont mis en place. Les enfants de travailleuses*migrantes illégales en Malaisie sont scolarisés dans des centres d'apprentissage communaux. La plateforme interrégionale pour une migration sûre et équitable sert à l'échange et à la coordination entre nos partenaires de la société civile, les met en relation avec les autorités et organise des campagnes de sensibilisation.

    Informations de fond

    Dans un contexte patriarcal généralisé, comme c'est le cas dans de nombreux pays d'Asie, les femmes sont particulièrement vulnérables, car elles sont subordonnées à leur mari, y compris sur le plan civil. Le mari est considéré comme le chef de famille avec des pouvoirs de contrôle et de domination étendus. Le droit indonésien et malaisien rend coupable celui qui quitte le foyer familial en premier, discriminant ainsi les femmes qui partent avec leurs enfants parce qu'elles ont subi des violences domestiques. Les normes culturelles traditionnelles marquées par la pauvreté conduisent en outre toujours au mariage des filles mineures en Indonésie et en Malaisie, ce qui peut être considéré comme une forme structurelle de violence. En Indonésie, environ 1,4 million de femmes ont moins de 18 ans au moment de leur mariage chaque année, les mariages étant souvent arrangés par les chefs de famille et la volonté des jeunes femmes concernées n'étant pas respectée. Pour améliorer leur situation économique, de nombreux Indonésiens cherchent un emploi à l'étranger, par exemple en Malaisie, à Hong Kong, à Taiwan, en Corée, à Singapour ou au Moyen-Orient. D'autres sont même contraints par leur famille de gagner de l'argent en tant que travailleurs migrants. Un grand nombre d'entre eux sont victimes de la traite des êtres humains. Plus de 9 millions de personnes originaires d'Indonésie travaillent à l'étranger. 75 pour cent d'entre elles sont des femmes, dont la plupart sont employées comme domestiques et soignantes. Dans la région de projet de Hong Kong, les quelque 380 000 employés de maison étrangers travaillent pour la plupart dans de très mauvaises conditions, plus de 40% d'entre eux étant originaires d'Indonésie. Le manque d'éducation aggrave particulièrement la situation des travailleuses migrantes. Peu d'entre elles connaissent leurs droits et peuvent se défendre ou demander de l'aide en cas de problèmes liés aux abus, à l'exploitation sexuelle ou à l'insalubrité du lieu de travail. Entre-temps, la Malaisie, l'un des pays de destination les plus prisés par les travailleurs migrants non qualifiés, est confrontée à un grand nombre de personnes sans papiers. Sabah/Malaisie compte 800 000 apatrides, ce qui entraîne des problèmes complexes. La loi sur l'éducation de 1996 (loi 550) interdit aux enfants d'immigrés clandestins sans papiers de fréquenter les écoles publiques. Ce refus d'éducation empêche ces enfants d'accéder à un avenir meilleur. Les centres d'apprentissage scolaires gérés par l'Église tentent de combler cette lacune, ce qui nécessite une coopération avec les autorités scolaires indonésiennes afin de garantir la reconnaissance des diplômes en cas de retour ultérieur dans le pays d'origine des parents.

    Objectifs du projet

    • Prévention de la violence sexuelle et sexiste, y compris la traite des êtres humains, et de ses causes structurelles
    • Renforcer les droits légaux des femmes, des jeunes et des enfants, des LGBTQI+, des personnes handicapées et d'autres groupes vulnérables comme les travailleurs migrants* et leurs enfants.
    • Sensibiliser les acteurs clés* tels que les autorités, les chefs traditionnels et religieux*, les éducateurs ainsi que les hommes et les garçons à la promotion de l'égalité des sexes.
    • Soutien aux victimes de violences sexuelles et sexistes d'un point de vue juridique et psychosocial, ainsi que par l'accès à des refuges.
    • Accès à l'éducation pour les enfants de travailleurs migrants*.

    Groupes cibles

    Le groupe cible principal est constitué de femmes qui sont victimes ou exposées à des risques de privation de droits, d'exploitation et de violence au sein de leur propre famille ou en tant que travailleuses migrantes dans des ménages étrangers ou le long de la chaîne de migration. Les enfants de travailleurs migrants irréguliers à Sabah, en Malaisie, font également partie du groupe cible. Les hommes sont impliqués dans le travail de prévention et les campagnes, car l'égalité des sexes ne peut être atteinte que si les femmes et les hommes y travaillent ensemble.

    Activités

    • des mesures de prévention, telles que le développement des compétences des leaders communautaires*, des éducateurs* et des militants, ainsi que des campagnes de sensibilisation du public sur les thèmes suivants : les normes de genre et les relations de pouvoir ; la sécurité et la protection physiques ; le cadre juridique et l'accès à la justice ; l'accès sécurisé aux besoins de base ; l'égalité des chances économiques, scolaires et sociales.
    • Actions de soutien aux personnes victimes de violences sexuelles et sexistes, axées sur la santé physique ; la santé mentale et psychosociale ; l'aide juridique et la protection physique ; l'autonomisation socio-économique ; la scolarisation des enfants de migrants* en situation irrégulière.
    • Plateforme régionale annuelle sur la migration sûre et équitable pour l'apprentissage mutuel, la mise en réseau avec les autorités et d'autres acteurs* et la planification d'actions et de campagnes communes pour une meilleure coordination régionale et un accompagnement transnational des victimes.

    Avancement du projet

    Dans le domaine du soutien direct aux victimes de violences sexuelles et fondées sur le genre, y compris la traite des êtres humains, nos organisations partenaires ont pris en charge un total de 238 personnes (principalement des femmes). L'augmentation du nombre de victimes soutenues par rapport aux années précédentes montre que la violence basée sur le genre fait l'objet d'une prise de conscience croissante et que davantage de personnes font appel à des services de soutien. Grâce à des mesures de réinsertion et de création de revenus, certaines victimes ont pu poursuivre leurs études ou créer leur propre entreprise. Pour les délinquants, la GKP dans son refuge pour femmes "Pasundan Durebang" à Bandung, propose désormais des cours de réhabilitation afin d'encourager un changement de comportement à long terme. Le centre de protection "Maison de l'espoir" de GMIT à Kupang, a réussi à soutenir les familles de 83 travailleurs migrants* décédés à l'étranger, un triste record de décès.

    Dans sa zone de service, le GMIT a mis en place des équipes de soutien et de prévention pour les victimes de violences sexuelles et de la traite des êtres humains dans dix paroisses. Dans l'ouest de Java, en collaboration avec l'organisation de la société civile musulmane Sapa Institute, le GMIT a pu établir un contact avec l'Union islamique d'Indonésie, qui comprend également des groupes fondamentalistes. Cela lui a permis d'étendre ses activités d'éducation et de sensibilisation sur la violence liée au genre.

    Dans le domaine de la prévention, un travail structurel a été effectué pour modifier les rôles et les relations entre les sexes en faveur d'une cohabitation moins violente. Environ 3 965 personnes (environ un tiers d'hommes, deux tiers de femmes, cinq personnes issues de la communauté LGBTIQ+) ont participé à des activités de sensibilisation. 3 139 personnes ont participé à des événements publics de sensibilisation, à des séminaires, à des campagnes et à des tables rondes. 651 personnes, principalement des femmes, ont participé à des initiatives de renforcement des capacités, y compris des formations, des cours et des ateliers. Les activités de plaidoyer dans les milieux politiques et religieux ont atteint directement 494 personnes. Plusieurs organisations partenaires mettent aujourd'hui en œuvre un code de conduite pour la prévention de l'exploitation, des abus et du harcèlement sexuels (PSEAH) et ont pris des mesures pour promouvoir l'égalité entre les femmes et les hommes dans les postes à responsabilité. Cette mesure porte ses fruits : Trois des cinq églises partenaires du projet sont actuellement dirigées par des femmes, dont la GKEL'Indonésie est un pays qui couvre un territoire très vaste (presque tout Kalimantan, la partie indonésienne de Bornéo). Les travailleurs migrants indonésiens à Hong Kong ont été victimes de Action chrétienne éduqués sur l'égalité des sexes et capables de mieux exercer leurs droits.

    La nouvelle loi criminalisant les violences sexuelles en Indonésie en 2022 a été adoptée grâce, entre autres, au travail de lobbying incessant de nos partenaires. GKP, PERUATI et PGI et son intense travail de réseau interreligieux. En outre, un projet de loi a été déposé dans l'ouest de Java, qui prévoit la création de services intégrés pour les femmes, les enfants et les travailleurs migrants*.

    A Sabah, en Malaisie, 746 enfants de travailleurs migrants indonésiens illégaux, exclus des écoles publiques en raison de l'absence de droit de séjour de leurs parents, ont suivi des cours dans les cinq centres d'apprentissage municipaux de la BCCM. 42 nouveaux enseignants ont été formés. 67 personnes, composées d'enseignants* et de collaborateurs d'établissements d'enseignement de Bandung et des environs, ont appris à prévenir les violences sexuelles dans les écoles lors de formations, ainsi que 60 élèves* du primaire et du secondaire.

    Indonésie, Malaisie, Hong Kong

    • 4,5 millions d'Indonésiennes sont des travailleuses migrantes à l'étranger
    • 0,5 million de cas de violence envers les femmes signalés en Indonésie
    • 68% Part de la violence domestique dans les violences déclarées en Indonésie

    Budget du projet de base 2024

    CHF 299'357

    jacqueline

    Jacqueline Brunner

    Responsables des partenariats avec les églises

    Tél. 061 260 23 37
    ► Courrier électronique

    Mathias Waldmeyer

    Chef d'équipe et responsable de programme Asie
    Tél : +41 (0)61 260 22 63
    ► Courrier électronique

    L'espoir grâce à votre soutien

    Mission 21
    Mission Protestante Bâle

    Boîte postale 270
    Missionsstrasse 21
    4009 Bâle, Suisse
    Tél. : +41 (0)61 260 21 20
    info@mission-21.org

    Compte de dons Suisse :
    IBAN : CH58 0900 0000 4072 6233 2
    Numéro d'exonération fiscale :
    CHE-105.706.527

    Compte de dons Allemagne :
    Caisse d'épargne de Lörrach-Rheinfelden
    BIC Swift : SKLODE66
    NUMÉRO DE COMPTE : 683 500 48
    IBAN : DE39 6835 0048 0001 0323 33
    N° de compte : 1032333

    Retour en haut