Rebecca Mfutila, de la RDC, reçoit le prix Sylvia Michel

rebecca mfutila dans le jardin de la maison de la mission à Bâle

Rebecca Mfutila dans le jardin de la maison de la mission à Bâle. Photo Samuel Rink/Mission 21

Rebecca Mfutila, de la République démocratique du Congo, est récompensée par le Prix suisse de l'égalité des chances. Prix Sylvia Michel 2022 récompensée. Rebecca Mfutila dirige l'Association des femmes de notre Église partenaire en République démocratique du Congo. Dans cette interview, elle parle de la situation des femmes sur place et de la lutte contre la malnutrition des enfants dans sa région natale, le Kwango.

Rebecca Mfutila, vous recevez le prix Sylvia Michel 2022, qui encourage les projets qui préparent les femmes à des postes à responsabilité dans les Églises réformées. Que signifie ce prix pour vous ?
Ce prix est un encouragement. Pour moi personnellement, mais aussi pour les femmes de la RDC. Elles sont trop souvent ignorées. Ce prix leur rend hommage.

Vous avez été la première femme à occuper un poste de direction dans votre Église. Comment est-ce arrivé ?
Oui, je suis la première théologienne et la première pasteure ordonnée dans la Communauté Evangélique du Kwango (CEK). Le chemin n'a pas été facile. Tout d'abord, l'une des plus hautes personnalités de notre Eglise a déclaré que de son vivant, aucune femme ne serait ordonnée dans la CEK. Mais je me suis battue et j'ai gagné. Depuis, je suis responsable de ma propre paroisse et présidente de l'Union des femmes de la CEC.

Mission 21 félicite de tout cœur Rebecca Mfutila pour le Prix Sylvia Michel 2022. Ce prix international décerné par l'Église protestante de Suisse (EKS) et l'Alliance réformée mondiale (ARM) est une reconnaissance importante pour la promotion des femmes à des postes de direction. Mission 21 soutient le travail des femmes de la Communauté Evangélique du Kwango depuis des années et se réjouit de voir que ce soutien porte ses fruits. Dans le monde entier, Mission 21 s'engage dans de nombreux programmes et projets visant à promouvoir l'égalité des sexes et la place des femmes dans l'Eglise et la société. 

Comment avez-vous convaincu la personne responsable dans l'église ?
Ma façon d'aborder les choses l'a convaincu. Le pastorat est une vocation et un appel. Depuis ma jeunesse, j'avais le désir de servir Dieu. Mon engagement et mes connaissances ont convaincu les dirigeants de l'Église de m'envoyer étudier la théologie.

Membres de l'Union des femmes de la CEK en RDC
Membres de l'Union des femmes de la Communauté évangélique du Kwango à Kasongo Lunda. Photo Vera Schaffer/Mission 21

Pourquoi une femme pasteur était-elle impensable au début ?
Pour la plupart des gens dans notre Église, il est important de conserver les choses telles qu'elles sont. Les femmes ne sont pas censées être pasteures. Mais certains leaders ont changé d'avis.

Le prix Sylvia Michel encourage les projets qui préparent les femmes à des postes de direction dans les Églises réformées. Dans quelle mesure pouvez-vous préparer d'autres femmes à un tel poste ?
Nous avons besoin de beaucoup de temps pour la sensibilisation. Les gens doivent comprendre et accepter que les femmes sont faites par Dieu, tout comme les hommes, et qu'elles disposent également de toutes les capacités nécessaires pour assumer activement des responsabilités. C'est un long combat, mais il y a des progrès.

Y a-t-il des modèles ?
Elles ne sont pas nombreuses, mais elles existent. Dans certaines écoles, des femmes occupent le poste de directrice. Je me considère aussi comme un modèle.

Dans quelle mesure s'agit-il de préparer les femmes et de travailler avec les hommes qui, jusqu'à présent, occupent et attribuent la plupart des postes de direction ?
Les deux doivent progresser ensemble. Les femmes ne doivent pas avoir peur des hommes. Nous devons défendre nos droits. Et il faut de très nombreuses discussions.

Ils sont également actifs à la base. Par exemple au "Centre de Malnutrition" à Kasongo Lunda en RDC. Pouvez-vous nous en parler ?
Au Centre, nous nous occupons des enfants malnutris et parfois aussi de leurs mères. Dans la région du Kwango, la malnutrition est un problème majeur qui ne cesse de s'aggraver. (Pour en savoir plus sur le travail de la Ligue des femmes, cliquez ici : Renforcement des femmes dans le Kwango et les quartiers pauvres de Kinshasa - Mission 21 (mission-21.org)

Examen médical d'un enfant au centre de la CEK à Kasongo Lunda, RD Congo
Examen médical d'un enfant au "Centre de Malnutrition" de la CEK à Kasongo Lunda. Photo Vera Schaffer/Mission 21

A quoi cela est-il dû ?
Depuis quelques années, nous ressentons le changement et la modification du climat. La terre est asséchée et n'est plus aussi fertile qu'avant, les semences ne sont pas de bonne qualité. Les gens ont des difficultés à cultiver suffisamment de nourriture. Parallèlement, la population augmente fortement. De plus en plus de personnes se retrouvent donc dans une situation où il y a de moins en moins de nourriture. Les enfants jusqu'à l'âge de cinq ans sont particulièrement touchés par la malnutrition. Les femmes enceintes et les mères souffrent également. Nous, les femmes de l'Alliance féminine, avons formé un groupe et ouvert le "Centre de Malnutrition" avec nos propres petites contributions financières. Ici, nous pouvons nourrir 100 enfants. Ils viennent deux fois par semaine. Nous leur fournissons de la nourriture et leur prodiguons des soins médicaux. Heureusement, nous avons des bénévoles qui nous aident, notamment des infirmières professionnelles.

Cela doit être dur de voir ces enfants. Comment gérez-vous cela ?
Avec peu de moyens, nous pouvons déjà faire quelque chose, mais malgré cela, nous sommes parfois désespérés. Le problème est le suivant : il y a tellement d'enfants qui souffrent de malnutrition, mais nous ne pouvons en aider que 100 pour le moment. Il est difficile de voir que l'ampleur de la détresse est tellement plus grande que les possibilités d'aide.

dsc 0867
Au centre pour enfants malnutris de Kasongo Lunda. Photo Vera Schaffer/Mission 21

Aussi importante soit-elle, l'aide alimentaire est-elle durable ?
Nous essayons bien sûr de travailler au-delà des soins aigus. Il faut bien voir qu'il ne suffit pas de nourrir les enfants, il faut d'autres mesures.

De quelles mesures parlez-vous ?
Dans certains cas, une prise en charge plus complète est déjà possible. Nous avons pu mettre à disposition d'une femme qui se trouvait dans une situation vraiment terrible avec sa fille un peu de terrain et la former à la culture du soja. Nous devons créer de telles possibilités. A l'avenir, nous aimerions atteindre un foyer pour accueillir les enfants. Beaucoup sont orphelins. Ils vivent dans des endroits où ils sont très mal traités. Lorsqu'ils sont dans notre centre, nous devons les renvoyer dans leur lieu de résidence. C'est très lourd à porter. Nous cherchons maintenant un lieu pour un foyer et réfléchissons à la manière dont nous pourrions le mettre en place.

Si vous aviez plus de moyens financiers, la Ligue des femmes serait-elle en mesure de développer le projet ?
Oui, tout à fait. Cette année, nous avons reçu 5000 francs d'un fonds de Mission 21, et une contribution de 25 500 francs est budgétée pour l'année prochaine. Cela nous aide énormément, nous pouvons notamment planifier à l'avance.

Qu'est-ce qui vous motive à faire ce travail ? Qu'est-ce qui vous donne la force de continuer ?
L'amour de Dieu. Et la situation : si vous voyez des enfants mourir parce qu'ils n'ont pas de quoi manger, ce n'est pas une option de ne pas agir !

On pourrait aussi se résigner...
En fait, nous prenons aussi des risques. Par exemple, si un enfant a la diarrhée après avoir mangé dans notre centre, nous sommes rapidement discrédités et vulnérables. Mais il y a aussi toujours des rencontres qui donnent du courage.

Pouvez-vous raconter une telle rencontre ?
Je pense ici à la petite Ruth. Elle a été abandonnée chez nous, souffrant de malnutrition sévère et manifestement maltraitée et traumatisée. Mais entre-temps, elle a été recueillie par une famille proche de l'Alliance féminine. Nous avons pu l'envoyer à l'école et elle s'est très vite rétablie. Voir cela donne du courage.

Quels sont les autres projets qui font partie du travail de l'Alliance féminine ?
Au CEK, différents projets s'imbriquent les uns dans les autres. Nous travaillons avec le Projet agricole, le Éducation- et le Projet de santé ensemble. Nous proposons entre autres Formations professionnelles pour les femmes dans la couture, la boulangerie et l'économie domestique. Il s'agit toujours d'aider les femmes à devenir indépendantes. Beaucoup sont dépendantes de la pauvreté et tombent enceintes parce qu'elles sont exploitées sexuellement. Nous voulons lutter contre cela. En travaillant avec les femmes à la base, nous voyons quels sont les problèmes les plus urgents et nous pouvons les aborder en coopération avec les différents projets de la CEK.

Femmes en formation dans les projets de la CEK.

Merci beaucoup pour cet entretien !
Je vous remercie de votre soutien à notre travail !

Entretien : Miriam Glass/Mission 21

> Vous trouverez ici de plus amples informations sur le projet

> Oui, je souhaite soutenir les habitants de la RD Congo.



		
		
			

L'espoir grâce à votre soutien

Mission 21
Œuvre missionnaire évangélique de Bâle

Boîte postale 270
21, rue de la Mission
4009 Bâle, Suisse
Tél. : +41 (0)61 260 21 20
info@mission-21.org

Compte pour les dons :
IBAN : CH58 0900 0000 4072 6233 2
Numéro d'exonération fiscale :
CHE-105.706.527

Mission 21 e.V.

2, rue Wartenberg
D-79639 Grenzach-Wyhlen
Tél. +49 (0)7624 208 48 69
info@mission-21.org

Compte pour les dons :
Caisse d'épargne de Lörrach-Rheinfelden
Rue de Haagen 2
D-79539 Lörrach
IBAN : DE05 6835 0048 0001 1250 95
BIC : SKLODE66XXX

Retour en haut