csm_peru_bildung_476.1011_04_30bf564551.jpg
    Amérique latine, Bolivie, Chili, Costa Rica, Pérou, Promotion de la paix
    Égalité des genres

    Vaincre la violence - permettre l'autodétermination

    Numéro de projet : 400.1021

    Nos partenaires sont actifs aussi bien dans le travail de prévention que dans l'accompagnement des victimes de violences sexuelles et domestiques. Ils s'engagent en particulier pour la protection des victimes de violences domestiques, sexuelles et fondées sur le genre, mais aussi pour la protection des défenseurs de l'environnement et des droits de l'homme* persécutés pour des motifs politiques. La violence (sexuelle) est un problème socialement toléré et structurel dans tous les pays d'Amérique latine et leurs pays fragiles, qui a pris des proportions épidémiques. Par leur travail sur le thème "Vaincre la violence - promouvoir l'autodétermination", nos partenaires apportent une contribution importante au droit à une vie dans l'intégrité physique et psychique. Ils soutiennent ainsi la réalisation des objectifs 5 et 16 de l'Agenda des Nations Unies pour le développement durable. L'objectif 5 se concentre sur l'égalité des sexes, l'objectif 16 sur la paix et la justice.

    Informations de fond

    En Amérique latine, il n'est pas rare que la violence domestique débouche sur le féminicide, qui est la forme la plus radicale de violence basée sur le genre. Mais la violence domestique peut également déboucher sur la violence sexuelle.

    En 2022, le Pérou a enregistré 137 féminicides et plus de 5 380 disparitions de femmes et de filles. De même, 8 100 cas de violences sexuelles sur mineurs ont été enregistrés. En Bolivie, 94 fémicides, 38 infanticides et 51'911 plaintes pour violences sexuelles ont été enregistrés. Au Chili, le nombre de féminicides est resté constant par rapport à l'année précédente, avec 53 cas. En revanche, les plaintes pour violences sexuelles ont augmenté de manière exponentielle.  

    Malgré la publication de ces chiffres, la problématique est difficile à exprimer statistiquement. Les dénonciations n'aboutissent souvent pas à une sanction pour les auteurs, ce qui alimente encore la problématique. Les agressions sexuelles ne sont encore trop souvent pas dénoncées parce que les victimes sont désavantagées par rapport aux agresseurs ou dépendent d'eux sur le plan économique et/ou émotionnel. De nombreux auteurs sont des parents proches des victimes et/ou des collaborateurs d'écoles/centres de pédagogie spécialisée, ce qui signifie que le nombre réel de victimes de violences sexuelles est probablement bien plus élevé que celui enregistré dans les statistiques. Étant donné que non seulement les femmes, mais aussi les enfants et les adolescents d'Amérique latine sont exposés de manière disproportionnée à la violence domestique et sexuelle, nombre de nos partenaires effectuent également un travail de sensibilisation dans les écoles publiques et renforcent la confiance en soi des enfants et des adolescents.

    Les possibilités de participation politique de la société civile ont certes augmenté ces dernières années en Amérique latine. Les organisations environnementales, de défense des droits de l'homme et des femmes observent attentivement la politique des gouvernements et mènent un travail actif de relations publiques et de lobbying. Mais cet engagement comporte justement de grands risques pour les activistes. Nombre d'entre eux sont exposés à la répression, à la persécution et aux attaques. Malgré cela, ils s'engagent pour ceux qui n'ont toujours pas de voix et mettent souvent leur vie en danger. La Casa DEI de notre partenaire de projet au Costa Rica, offre ici un lieu d'accueil concret dans les situations d'urgence.

    Groupes cibles et objectifs

    Bolivie

    • Les écoliers des villes de La Paz, El Alto et Riberalta (FMA) sont protégés contre la violence basée sur le genre et la violence sexuelle ;
    • Les parents et les enseignants des écoles publiques et privées d'El Alto, La Paz et Riberalta sont sensibilisés et informés sur la violence et le harcèlement sexuels et fondés sur le genre (FMA).
    • Les victimes de violence et leur famille bénéficient d'un accompagnement psychosocial (FMA)
    • Les autorités sont formées à la violence basée sur le genre et à la violence sexuelle (FMA)
    • La société civile est sensibilisée et informée sur la violence basée sur le genre et la violence sexuelle par un travail de lobbying régional et national (FMA).

    Chili

    • Les femmes victimes de violence dans les quartiers pauvres de Concepción bénéficient d'un accompagnement psychologique, social et juridique (SEDEC)
    • Les femmes des quartiers pauvres de Concepción sont informées sur la violence sexiste et sexuelle et connaissent leurs droits (SEDEC).
    • Les accompagnateurs familiaux sont formés à l'identification des violences sexistes et sexuelles dans les familles (SEDEC).
    • La société civile et les autorités sont informées et sensibilisées à la violence basée sur le genre et la violence sexuelle par un travail de lobbying, en collaboration avec d'autres instances (SEDEC).

    Costa Rica

    • Les militants des droits de l'homme et de l'environnement menacés* reçoivent protection, accompagnement psychosocial et formation continue (DEI)
    • Les victimes de violence sont accompagnées (DEI)

    Pérou

    • Les membres des communautés villageoises rurales de la région de Cusco sont sensibilisés et informés par des multiplicatrices sur la violence sexuelle et sa prévention (Flora Tristan).
    • Les postes de police ainsi que le centre d'urgence pour femmes (CEM) sont en mesure de traiter de manière professionnelle les victimes de violence (Flora Tristan)
    • Les victimes de violences sexuelles et de la traite des êtres humains reçoivent des conseils et sont accompagnées (Flora Tristan)
    • Les élèves et leurs parents apprennent à communiquer de manière non violente (EMAUS)
    • Des "tutrices" sont formées pour accompagner les élèves et leurs familles.  

    Activités

    Pérou

    • Organisation d'ateliers de prévention de la violence pour différents groupes d'intérêt. (Flora Tristan)
    • Réalisation de campagnes audiovisuelles en quechua pour le travail de sensibilisation dans la communauté et également via les médias locaux (Flora Tristan)
    • Accompagnement juridique complet des victimes (Flora Tristan)
    • L'autonomisation économique des femmes (Flora Tristan)
    • Organisation d'ateliers de communication non violente (EMAUS)
    • Formation de "tuteurs" pour l'accompagnement des élèves et de leurs familles (EMAUS)

    Bolivie

    • Organisation d'ateliers de sensibilisation et de prévention de la violence basée sur le genre et de la violence sexuelle, ainsi que de prévention intégrée de la violence pour différents groupes d'intérêt (FMA)
    • Accompagnement global des victimes (FMA)
    • Lobbying au niveau régional et national (FMA)

    Chili

    • Accompagnement global des victimes (SEDEC)
    • Formation d'accompagnatrices familiales à la détection des situations de violence dans les familles et à la prévention de la violence (SEDEC)
    • (SEDEC)
    • Lobbying sur la violence basée sur le genre (SEDEC)

    Costa Rica

    • Hébergement et nourriture dans la Casa DEI de militants* des droits de l'homme et de l'environnement menacés de toute l'Amérique latine (DEI)
    • Accompagnement psychosocial (DEI)
    • Organisation de cours de formation continue pour renforcer la résilience et clarifier les perspectives d'avenir (DEI)

    Avancement du projet

    Pérou :

    FLORA TRISTAN

    26 femmes issues de communautés rurales ont été formées en tant que multiplicatrices dans les domaines de la prévention contre les violences sexuelles et fondées sur le genre et des méthodes de production agroécologiques. En outre, 60 fonctionnaires locaux ont été sensibilisés au thème de la violence sexuelle et basée sur le genre. Grâce à un fort travail de lobbying, la commune d'Oropesa a pu être convaincue de mettre en place un service public pour lutter officiellement contre les violences sexuelles et basées sur le genre. Flora Tristan a également accompagné de nombreuses victimes de violence sur le plan juridique et psychosocial.

    EMAUS

    Les 260 élèves interrogés ont tous déclaré avoir constaté une amélioration dans leur vie familiale quotidienne. Par exemple : les conflits ne sont plus tabous, mais exprimés par des techniques telles que l'écoute, l'introspection, la communication verbale et non verbale non violente. Cela crée un climat de confiance et aide à résoudre les conflits de manière pacifique et à réduire les tensions émotionnelles au sein de la famille. Cela s'est également reflété dans les relations entre pairs et a conduit à un meilleur travail d'équipe à l'école et à de meilleures performances générales.

    ISAIAS

    19 femmes (60%) ayant participé au projet ont signalé des améliorations dans leur vie familiale quotidienne, notamment des changements positifs dans le comportement de leur partenaire (plus de participation aux tâches ménagères, plus d'estime et de soutien). Vingt-sept femmes ont également terminé leur formation courte en tant que chauffeuses, plombières et réparatrices de PC/téléphones portables. La moitié d'entre elles ont déjà trouvé des clients et génèrent un petit revenu (projet terminé fin 2022).

    Bolivie :

    MACHAQA AMAWTA

    Plus de 1000 écoliers, leurs enseignants et leurs parents ont été sensibilisés à la violence sexiste et sexuelle. De même, plus de 90 employés de l'Etat, qui sont en contact professionnel avec des victimes de violence, ont été formés. Pour 17 des 27 victimes de violence accompagnées, la spirale de la violence a pu être interrompue. Dix autres enfants et leurs parents continuent d'être accompagnés et pris en charge. Machaqa Amawta a également mené une campagne de sensibilisation à l'échelle nationale, avec une présence à la radio et à la télévision et la production d'une vidéo avec la participation d'une chanteuse bolivienne connue.

    Chili :

    SEDEC

    Pour 20 des 27 victimes de violences sexuelles et basées sur le genre accompagnées, la spirale de la violence a pu être interrompue. En outre, 10 accompagnatrices familiales ont été formées pour détecter la violence dans les familles, en parler avec les personnes concernées et trouver des solutions avec elles. Au niveau local et régional, de nombreuses campagnes de prévention de la violence basée sur le genre ont été menées, en collaboration avec d'autres instances, et ont atteint un large public cible.

    Costa Rica :

    DEI

    Les 15 personnes qui ont été logées et nourries à la Casa DIE ont toutes fait état d'une amélioration de leurs conditions de vie, notamment en termes de stabilité psychologique et physique et de sécurité générale. Il s'agit de militantes des droits de l'homme menacées de violence, originaires de Colombie, du Guatemala, du Nicaragua et du Costa Rica. En outre, la Casa DEI a hébergé 15 personnes indigènes afin qu'elles puissent défendre leurs territoires ou les intérêts de leurs communautés depuis la capitale. Quatorze collaborateurs d'autres organisations travaillant avec des migrants et des défenseurs des droits de l'homme ont également été formés pour lutter contre la violence fondée sur le genre et d'autres formes de violence.

    Carte

    Amérique latine

    401 militants assassinés* en Amérique latine (2022)

    Pérou

    137 féminicides, 22 456 cas de violences sexuelles, 5380 disparitions de filles et de femmes, 8100 cas de violences sexuelles contre des mineurs (2022)

    Bolivie

    94 féminicides, 38 infanticides, 51 911 plaintes pour violences sexuelles (2022)

    Chili

    53 féminicides, 39 933 plaintes pour violences sexuelles (2022)

     

    Budget du projet 2024

    CHF 186'300

    jacqueline

    Jacqueline Brunner

    Responsables des partenariats avec les églises

    Tél. 061 260 23 37
    ► Courrier électronique

    Claudia Quispe Rampa

    Responsable du thème Vaincre l'éducation et la violence en Amérique latine
    Tél : +41 (0)61 260 22 43
    ► Courrier électronique

    L'espoir grâce à votre soutien

    Mission 21
    Mission Protestante Bâle

    Boîte postale 270
    Missionsstrasse 21
    4009 Bâle, Suisse
    Tél. : +41 (0)61 260 21 20
    info@mission-21.org

    Compte de dons Suisse :
    IBAN : CH58 0900 0000 4072 6233 2
    Numéro d'exonération fiscale :
    CHE-105.706.527

    Compte de dons Allemagne :
    Caisse d'épargne de Lörrach-Rheinfelden
    BIC Swift : SKLODE66
    NUMÉRO DE COMPTE : 683 500 48
    IBAN : DE39 6835 0048 0001 0323 33
    N° de compte : 1032333

    Retour en haut