csm_bolivien_landw._exist._420.1016_01_8a43cb5679.jpg

    Numéro de projet : 420.1020

    L'humanité n'a jamais produit autant de nourriture qu'aujourd'hui et pourtant, près de 735 millions de personnes dans le monde souffrent de faim aiguë ou chronique (Welthungerhilfe, 2022). Selon l'Organisation mondiale de l'alimentation et de l'agriculture, 2,3 milliards d'autres sont touchés par la malnutrition (2021). La population des Andes est principalement touchée par la malnutrition. Nos partenaires travaillent dans les hautes montagnes du Pérou et de la Bolivie avec plus de 4500 ménages de petits paysans parlant quechua et aymara. Grâce aux moyens de l'agriculture écologique, nous souhaitons surmonter les carences nutritionnelles et l'anémie dans des contextes ruraux et urbains, et garantir le droit à l'alimentation. Grâce à l'agriculture agro-écologique, les familles peuvent cultiver les sols et les champs en harmonie avec la nature et créer de nouveaux systèmes alimentaires à l'aide de semences locales, d'engrais bio produits par leurs soins et de petites serres. Ceux-ci fournissent aux familles une nourriture riche en nutriments tout au long de l'année et leur permettent de générer des revenus. Ce type d'agriculture permet également aux familles de fixer les gaz à effet de serre nocifs pour le climat dans le sol et, conformément à leur spiritualité, de traiter la nature avec soin et respect et de vivre avec elle. De cette manière, les familles issues de l'un des groupes de population les plus vulnérables et marginalisés des Andes peuvent développer leur propre résilience, leur santé et leur autonomie.

    Informations de fond

    Dans le domaine d'action stratégique de la souveraineté alimentaire, nous travaillons avec de nombreux petits agriculteurs et agricultrices de la grande région de Cusco (PE), ainsi que dans le bassin du lac Titicaca en Bolivie et au Pérou. Ces régions manquent d'une alimentation variée, équilibrée et saine. Mais les phénomènes météorologiques extrêmes - sécheresse et froid extrême persistant entraînant des gelées - gagnent également en intensité et en fréquence en raison du changement climatique. Ainsi, le droit à l'alimentation et à la santé de nombreuses familles de petits paysans indigènes est mis sous pression. L'agro-industrie et la culture de la pomme de terre et du quinoa, soutenues par l'État, ainsi que les familles de petits paysans à la recherche de stratégies d'adaptation au changement climatique, surexploitent les ressources naturelles en essayant de satisfaire leurs besoins alimentaires.

    Depuis quelques années, les petits ménages paysans utilisent de plus en plus de pesticides et d'engrais artificiels, ainsi que des semences industrielles et génétiquement modifiées. Cela entraîne des dépenses financières supplémentaires pour les ménages, mais aussi une dépendance croissante vis-à-vis de l'agro-industrie et une perte considérable de biodiversité et de fertilité des sols. Les femmes sont les principales responsables de l'entretien de leurs enfants et de leur famille et effectuent la majeure partie du travail de subsistance dans les champs, tandis que les hommes et la jeune génération migrent et travaillent comme travailleurs migrants ou mineurs. Malgré leurs grandes performances, les femmes sont désavantagées en termes de propriété foncière et de droit de parole dans les communautés villageoises ou au niveau communal. Elles ne participent que de manière très limitée aux décisions. Le travail de projet de nos partenaires change cela. En raison de leur rôle central dans le ménage, les femmes font partie du principal groupe cible des activités du projet.

    "Montagnes assoiffées" - une vidéo sur le travail pour une plus grande souveraineté alimentaire au Pérou

    Objectifs du projet

    • Les familles de petits paysans produisent des aliments de qualité selon des principes agroécologiques (ODD 2.4) et se nourrissent de manière saine et équilibrée tout au long de l'année (ODD 2.1).
    • Ils exploitent les champs en ménageant les ressources et en harmonie avec la nature. La gestion des sols et de l'eau se fait de manière durable et tient compte des nouveaux défis dans le contexte du changement climatique (ODD 13.1).
    • Les femmes et les hommes participent aux niveaux local et régional aux processus politiques visant à promouvoir l'agroécologie et la souveraineté alimentaire (ODD 16.7).
    • L'égalité des chances pour les femmes et leur participation aux processus de décision sont particulièrement encouragées (ODD 5.5).
    • Là où il y a des excédents de production, on travaille à la commercialisation des légumes ou des produits et à la promotion des revenus (ODD 10.2)

    Groupes cibles

    Bolivie

    • Le Réseau bolivien pour des sols sains (PNS) avec ses 54 organisations membres et 106 organisations de base, promeut au niveau local et influence au niveau politique l'agriculture durable pour améliorer les conditions de vie des producteurs. Parallèlement, le réseau travaille à la création d'une économie sociale et solidaire dans toute la Bolivie ;
    • La fondation Machaqa Amawta forme les familles de petits paysans de cinq communautés villageoises d'Ayata, département de La Paz, à l'agriculture agro-écologique, crée de nouveaux débouchés pour la vente de légumes, d'herbes aromatiques, d'œufs et de cochons d'Inde et améliore ainsi les revenus de leur ménage ;
    • Le Focapaci forme et soutient Les familles économiquement pauvres de la grande ville d'El Alto afin qu'elles puissent améliorer de manière significative leur base alimentaire en cultivant des légumes, des herbes et des fruits de manière écologique dans leurs serres, projet de jardins urbains à El Alto.
    • Dans les quartiers urbains d'El Alto, des banques de semences sont créées pour assurer le mouvement de jardinage urbain à El Alto, (Focapaci)
    • Des marchés dans les centres urbains sont créés pour les familles avec des jardins urbains, améliorant ainsi le revenu des ménages. (Focapaci)

    Pérou

    • Le Centro Bartolomé de las Casas gère l'Observatoire de l'agriculture agro-écologique, de l'eau et de la souveraineté alimentaire QAWARISUN, qui permet aux petits agriculteurs de dialoguer avec le grand public urbain, l'académie et d'autres communautés via des webinaires, des podcasts et des conférences à Cusco ;
    • Le QAWARISUN du CBC forme les ménages de petits paysans de 15 communautés villageoises andines des départements d'Apurimac et de Cusco à l'agriculture agro-écologique, à la gestion de l'eau, et à la souveraineté alimentaire ;
    • CBC organise des salons de la biodiversité et des salons du livre à Cusco sur la gestion de l'eau, la culture agro-écologique, la souveraineté alimentaire et le changement climatique, touchant ainsi un large public urbain ;
    • Dans la région d'Arapa, à Puno, le CEDEPAS-Centro forme et soutient de nombreuses familles dans la culture agro-écologique de leurs champs et de leurs serres dans 9 communautés villageoises.
    • Outre cette activité principale, Cedepas-Centro soutient les organisations agricoles de base dans leur travail de plaidoyer pour la promotion par l'État de l'agriculture agro-écologique et d'une meilleure gestion de l'eau.
    • En outre, Cedepas-Centro travaille à l'installation de systèmes d'irrigation et de bassins de rétention d'eau, et équipe les ménages de systèmes thermiques solaires et de pompes à eau fonctionnant à l'énergie solaire.

    Activités

    Les familles d'agriculteurs sont formées et soutenues dans les domaines suivants :

    • Méthodes de culture agro-écologiques : Production d'engrais liquides et solides (Biol, Bocashi, vermifuges), rotation des cultures, cultures intercalaires, engrais verts, agroforesterie ;
    • Diversification et réappropriation des semences locales ;
    • Amélioration de la gestion des sols et de l'eau
    • Accès à une alimentation saine et équilibrée et à des connaissances en la matière ;
    • Créer des accès au marché et des possibilités de revenus ;
    • Participation aux processus politiques ;
    • Améliorer les possibilités de participation des femmes aux processus politiques ;
    • Lobbying et plaidoyer auprès des institutions gouvernementales pour canaliser des fonds publics supplémentaires dans le domaine de l'agriculture durable, du captage d'eau et de la construction d'infrastructures d'irrigation supplémentaires.

    Dans le cadre des nouveaux partenariats (2020) avec le Réseau bolivien pour des sols sains et une culture agroécologique (PNS) et l'Observatoire péruvien de l'agriculture agroécologique, de l'eau et de la souveraineté alimentaire du Centro Bartolomé de las Casas (CBC), des cours de formation continue seront organisés à l'intention des petits agriculteurs, des associations agricoles, des académies et des collaborateurs de projets d'autres organisations à but non lucratif. De nouvelles formes de transmission de connaissances pour l'agriculture agro-écologique dans la ceinture andine sont ainsi créées, qui dépassent les frontières de la Bolivie et du Pérou pour s'étendre à l'Équateur, à la Colombie et à l'Argentine. En outre, le mode de vie et la spiritualité traditionnels des Indiens du Sud sont valorisés dans la société, et l'agriculture biologique ainsi que la gestion durable de l'eau et des sols sont prises en compte par les autorités et les universités. 

    Avancement du projet

    En 2022, les activités de projet de nos partenaires ont atteint le groupe cible suivant en matière d'agriculture agroécologique.

    Bolivie

    • Dans toute la Bolivie : 3967 petits paysans et paysannes, Réseau bolivien pour des sols sains (PNS)
    • En 2022, le réseau a également encouragé l'échange et la formation régulière des 52 organisations membres et 106 organisations de base et fait du lobbying au niveau national. 
    • A Ayata, La Paz : 349 petits paysans et paysannes (88 familles). Des installations d'irrigation supplémentaires et des bassins de rétention d'eau ont également été construits, Fondation Machaqa Amawta (FMA) ;
    • A El Alto : 320 résidents urbains (80 familles) dans des jardins urbains et des serres. En 2022, on a en outre 42 multiplicateurs dans la production de semences et 30 familles Les femmes ont été formées à la transformation des légumes/fruits/herbes et de nouvelles possibilités de revenus ont été créées pour elles, partenaire Focapaci ;

    Pérou

    • A Caminaca, Arapa, Picaflor, Puno : 410 petits paysans et paysannes (102 familles). Des installations d'irrigation supplémentaires et des fossés d'infiltration d'eau ont également été créés, partenaire CEDEPAS-Centro
    • Dans des communautés de Cusco et d'Apurimac : 480 petits paysans et paysannes (118 ménages) et 40 multiplicateurs de l'année précédente via des cours de rafraîchissement en culture biologique, 88 multiplicateurs ont reçu une formation sur la gestion de l'eau et la mesure de la qualité de l'eau. Le partenaire a également proposé de nombreux podcasts et des possibilités de formation virtuelle. Un module de formation est proposé en collaboration avec l'université péruvienne Antonio Ruiz de Montoya, ce qui permet aux participants d'obtenir un certificat académique, partenaire CBC.

    En raison de phases décisives de sécheresse et de vagues de froid prolongées dans les régions de projets en Bolivie et au Pérou, dues aussi bien au changement climatique qu'aux phénomènes météorologiques La Niña et El Niño, Mission 21 et ses organisations partenaires au Pérou et en Bolivie travaillent actuellement à la mise à niveau des projets dans le domaine de la souveraineté alimentaire en y intégrant la composante de la protection contre les catastrophes. Dans ce cadre, un travail intensif est mené sur les infrastructures sous forme de fossés d'infiltration, de bassins de rétention d'eau et de reboisement pour la production d'eau à long terme.

    Ces mesures contribuent à réduire les risques liés aux périodes de sécheresse. Elles seront complétées au cours de l'année prochaine par une stratégie à long terme de reboisement qui contribuera à humidifier les sols.

    Carte

    Bolivie

    11,842 millions d'habitants (2021)

    37,5% vivent sous le seuil de pauvreté (2021)

    Pérou

    33 millions d'habitants (2021)

    30% vivent sous le seuil de pauvreté (2021)

    Budget du projet 2024

    CHF 414'000

    jannet villanueva

    Jannet Villanueva

    Coordinatrice pour l'Amérique latine (Bolivie et Pérou)

    jacqueline

    Jacqueline Brunner

    Partenariats ecclésiaux responsables ;
    responsable adjointe des héritages et des legs

    Tél. 061 260 23 37
    ► Courrier électronique

    Golda Fuentes

    Responsable de programme & d'équipe pour l'Amérique latine
    Tél : +41 (0)61 260 22 69
    ► E-mail

    L'espoir grâce à votre soutien

    Mission 21
    Mission Protestante Bâle

    Boîte postale 270
    Missionsstrasse 21
    4009 Bâle, Suisse
    Tél. : +41 (0)61 260 21 20
    info@mission-21.org

    Compte de dons Suisse :
    IBAN : CH58 0900 0000 4072 6233 2
    Numéro d'exonération fiscale :
    CHE-105.706.527

    Compte de dons Allemagne :
    Caisse d'épargne de Lörrach-Rheinfelden
    BIC Swift : SKLODE66
    NUMÉRO DE COMPTE : 683 500 48
    IBAN : DE39 6835 0048 0001 0323 33
    N° de compte : 1032333

    Retour en haut